Les 15 commandements pour être modèle et éviter les faux-tographes !

Il me reste encore quelques gifles à distribuer, alors j’aimerais aujourd’hui parler d’une espèce d’individus qui sévit sous nos latitudes et dont il serait grand temps de les éradiquer de la planète.
Je veux parler bien évidemment de ce que nous appelons, dans notre métier : les faux-tographes.

Et oui modèles adorés ! De la même manière que ceux qui tiennent un pinceau dans ce monde ne sont pas forcément artiste peintre, tout ce qui tiennent un appareil photo ne sont pas forcément photographes ! Quand bien même serait-ce un appareil photo professionnel.
Un bon photographe doit savoir photographier même avec une machine à coudre Singer ! Bon, ok pas facile, mais bon… Autrement dit, l’habit ne fait pas le moine et l’appareil photo le photographe !

Bref, mes petites lapinettes et lapinoux cendrés, si vous avez un jour l’idée de tenter la grande aventure de rentrer manger dans un champ de luzerne attention de ne pas vous prendre un coup de fusil, vous penserez à moi et à cet article !

Certes, ce n’est pas vraiment des conseils, plutôt une mise en garde… mais confidences pour confidences, certains sont fort pour passer de la pommade et vous embobiner et si ce n’est pas de la pommade, c’est de la Vaseline, voilà pourquoi j’ai créé cet article Les “15 commandements pour être modèle” alors attention !

1 – AVANT D’AIMER VOTRE IMAGE, LA PHOTOGRAPHIE VOUS AIMEREZ !


Le premier travail à faire avant de poser pour un photographe et qui paraît tellement évident que c’est triste à s’en traverser les oreilles avec un calibre 9mm en guise de coton-tige, est de s’intéresser à la photographie.
La photographie est une discipline artistique passionnante, pour qui aime les arts visuels et s’y intéresse.
La photographie sera donc votre premier sujet d’intérêt avant même de vous intéresser à votre image ou à rechercher un photographe.
Une fois que vous connaîtrez un peu ce qu’est la photographie, et surtout que vous aurez pris connaissance des différentes œuvres majeures des grands photographes, vous pourrez aiguiser votre œil.
Vous serez alors fin prête pour passer au troisième commandement.

Mais avant le troisième commandement, il y a, presque aussi important que le premier, le deuxième commandement.

2 – VOUS VOUS RESPECTEREZ !

Oui, avant de vouloir poser pour qui que ce soit, un modèle qui ne se respecte pas est soit un modèle qui n’est pas épanoui… donc triste, donc moche, soit un modèle qui est prête à tout, donc vulgaire.

Mieux vaut poser nu pour un bon photographe, que poser habillé pour un mauvais dans une pose vulgaire et avoir l’air d’une… ! Vous avez compris ? Alors alléluia, vous serez enfin prête pour le troisième commandement.
Avant d’y passer, je voudrais dire que si j’aime tellement ce métier, c’est que justement il peut aider à l’épanouissement des modèles, et qu’un bon photographe est là pour servir son modèle, et non l’inverse.


3 – POURQUOI VOULEZ-VOUS POSER VOUS VOUS DEMANDEREZ !


La question peut vous paraître profondément débile, il convient néanmoins de vous la poser avant d’entreprendre quoi que ce soit, les raisons peuvent être diverses et variées…
Avoir de belles photos pour pouvoir séduire ?
Pour avoir de beaux clichés de vous à montrer à vos futurs petits enfants et leur dire « Regardez Mamie comme elle était Canon avant ! Avant, c’était Kate Winstley, maintenant, c’est Titanic ! » ?
Parce que poser peut-être une bonne thérapie si vous êtes une personne timide, pudique ou qui manque de confiance en elle ?
Ou alors par ce que vous pensez être la future Naomie Campbell ?
Dans les premiers cas je vous donnerai raison, en revanche, pour le dernier mieux vaut vous réveiller très vite !


4 – Avant même qu’il soit question de poser pour un photographe, À VOIR SON TRAVAIL VOUS DEMANDEREZ !


C’est pourtant simple : si ça ressemble à de la merde, c’est que… C’est de la merde ! Je ne peux pas mieux dire…
Sinon, je peux me faire traduire en chinois, en russe, en arabe littéraire, voire en arménien, mais je ne pourrais guère être plus clair.
Et quel que soit son baratin, un photographe qui n’a rien à présenter, ne peut être qu’un menteur, un baratineur, ou comme disent les d’jeun’s, un « fake » !
Car n’importe quel glandu, même s’il est équipé d’un téléphone portable en guise d’appareil photo, est en mesure de pouvoir présenter un travail correct après avoir commencé à photographier sa sœur, son beau-frère, l’étudiante polonaise du rez-de-chaussée ou le caniche de la concierge… (Bien que je ne pense pas que des clichés de caniche puissent vous renseigner beaucoup sur ce que pourrait donner une photographie de vous…)
À voir le « travail » de certains qui shoot en automatique ou qui ne savent pas régler leur appareil et sortir des photos avec des blancs totalement brûlés qu’on en perd le grain de peau, quand ce n’est pas la moitié du visage, je m’étonne que certain puissent se dire photographe.

En tout cas, si son travail est glauque avec les autres, il le sera avec vous aussi.


5 – SUR LUI VOUS VOUS RENSEIGNEREZ !


Je l’ai déjà dit ? Trois fois ? Ah ! Quand même !
Je n’entends pas par là de jouer les psychopathes promus agents de la CIA, ni de prêter trop attention aux ragots, surtout s’ils viennent de photographes hommes qui se jalousent souvent entre eux.
Par contre, il convient de commencer à se poser des questions si plusieurs filles ont déjà eu des problèmes avec lui.
J’entends par là de se renseigner sur qui il est vraiment.
La question à se poser, est-ce un photographe professionnel ou amateur ? Un amateur utilisera la plupart du temps, les réseaux sociaux, un bon professionnel aura un site internet.
Contrôlez qu’il ait un numéro de téléphone, et notamment une adresse fixe.
Là encore, si le type est un fantôme, vous pouvez commencer à vous demander ce qu’il se passe.
Un professionnel est enregistré à la chambre des métiers et a donc un numéro de Siret.
Alors un petit tour sur https://www.societe.com avec son nom, prénom ou numéro de Siret !
Contrôlez que son code APE/NAF est bien « 7420Z Activités photographiques »
Si vous avez affaire à un amateur, demandez toujours un nom, prénom et son adresse.


6 – QU’IL T’EXPLIQUE PRÉCISÉMENT CE QU’IL VEUT LORS DE LA SÉANCE TU EXIGERAS !


Là-dessus je ne vais pas épiloguer 140 000 ans, le temps d’être décontaminé de ce que Tchernobyl nous a envoyé dans les bronches ou attendre que la France reçoive des masques pour nous sortir d’une crise sanitaire…
Un photographe qui a un projet, a donc très précisément en tête ce qu’il veut faire avec son modèle.
Il y a des choses que vous devez savoir à l’avance, le lieu du shooting, votre tenue vestimentaire et les positions qu’il vous demandera me paraissent être le minimum syndical, ceci afin de ne pas vous faire enfler à l’arrivée et ne pas se retrouver à dire : “Ah ! Bah je n’avais pas compris ça comme ça !” Ou encore mieux, vous retrouver nu perché au sommet d’un lampadaire parce que vous n’osez pas dire non !


7 – A POIL AU PREMIER SHOOTING, SI TU NE LE SENT PAS, TU NE POSERAS PAS !


Dur de nos jours d’être sûr de trouver un photographe de confiance… Ayant à l’esprit le commandement n°1, vous vous rappellerez que la photographie est un art.
Je pense qu’il y a des façons de shooter plus facile que d’autres et qu’on ne peut pas passer à un niveau supérieur tant que l’on n’a pas assimilé le niveau inférieur.
Bien sûr, c’est une philosophie, tout à fait personnelle, qui n’engage que moi, et qui n’a certainement pas valeur universelle, mais j’aimerais vous l’exposez ici.
Il est pour moi certain, que dans une photographie de modèle, le modèle et le photographe y sont pour 50% du résultat chacun.
Il y va du talent du photographe à savoir choisir ses angles, sa vitesse, sa profondeur de champs et tout le tintouin, mais il en va aussi du naturel du modèle.
Un modèle rayonnant est un modèle épanoui lors du shooting, et un modèle épanoui est un modèle qui a confiance.
La confiance, ça s’instaure ! Ça ne vient pas en 5 minutes ! La photographie, c’est aussi une question de temps et de patience ! Surprise ?
La question de la confiance est d’ailleurs valable dans les deux sens.
Peu de photographes pensent à cela et veulent sans cesse de nouveaux modèles !
Une fois que l’on a compris que pour avoir une belle photographie, il fallait mêler bonne entente et confiance entre un photographe et son modèle, on a tout compris.
Bref, l’idée ici était surtout de vous faire comprendre que la photographie de nu et de lingerie est un exercice délicat et difficile qui peut vite comme dirait l’autre, devenir vulgaire.
Bien qu’il faille parfois me définir ce qui est vulgaire, je tiens le pari qu’un sexe d’homme en gros plan bien présenté peut-être moins vulgaire que certaines jeunes femmes que l’on voit sur les galeries de certains photographes.
Commencez déjà par voir si le gugusse qui tient son Nikon dernier cri est capable de s’en servir avant de vous effeuiller.
Parce que s’il n’arrive pas à vous shooter correctement lorsque vous êtes habillée, je vous promets que ça risque d’être magnifique en lingerie ou nu !
Alors on y va à son rythme ! Le nu est un complément de séance et on ne se met pas nu dès le début de séance, on commence par quelques photos habillée, puis lingerie avant de commencer le nu !
Visionnez quelques photos prises vous permettra de voir si le photographe sait travailler et une fois nu(e), si le photographe commence à trembler en tenant son appareil… eh bien, c’est qu’il a une montée d’adrénaline ! Et là clairement il n’est pas concentré sur son boulot, mais plus sur votre poitrine ou vos fesses alors stopper tout !

8 – Comme Derek Morgan ou tout autre flic de série B américaine, VOS DROITS IL VOUS LIRA

Vous n’avez pas le droit de garder le silence ! Le meilleur moyen pour un photographe de se débarrasser de la vermine qui fait de l’ombre à sa profession, c’est encore de montrer patte blanche en expliquant son métier et en parlant de vos droits respectifs.
C’est aussi dans son intérêt, cela évite de se mettre tout bonnement dans la merde.
À savoir que vous avez un droit inaliénable sur votre image, tout comme lui a un droit inaliénable sur ses œuvres de grand fou.
L’utilisation des images sera précisément stipulée dans un contrat de collaboration que vous signerez tous deux obligatoirement, sous risque de voir vos photos vendues en Russie !
Un autre peut être signé pour que vous utilisiez son œuvre, eh oui… la photo appartient au photographe même si vous êtes dessus ! Qu’il soit pro ou amateur !
Vous n’aurez pas le droit de publier son œuvre sur quelque support que ce soit sans son autorisation et encore moins vendre les photos remises.
Quand je dis vendre, cela comprend également vendre un accès à une galerie où sont présentées les photographies, je pense notamment à MYM ou OnlyFans.
Dans le cas contraire sachez que même si cela vous parait bénin, outre des dommages-intérêts demandés par le photographe, le modèle s’expose à des sanctions civiles et pénales puni de : 4 ans d’emprisonnement et 400 000€ d’amende !
Et oui on ne rigole pas avec le Code de la Propriété Intellectuelle et les droits d’auteur, il vous faudra une autorisation écrite du photographe pour cela.

9 – IL NE TE TOUCHERA POINT !


Alors là, ce n’est pas moi qui l’invente, mais tout photographe ou modèle avec un minimum d’intelligence vous le dirons : un bon photographe ne touche JAMAIS ses modèles. Au pire « Pardon Mademoiselle, puis-je me permettre de vous remettre en place une mèche de cheveux ! » au cas où vous n’y arrivez pas vous-même. Mais dans 99% des cas, il reste à bonne distance.
À moins que vous ne compreniez pas ce qu’il vous dit de faire et là il vous pose la question de savoir s’il peut vous toucher avant de le faire ! Encore mieux, comme moi, il a une assistante et là plus de soucis !
C’est une loi universelle, un mec correct se tient à distance, un bon mètre.
Un mec qui, pénètre cet espace aérien et se retrouve à la limite du contact, c’est que soit c’est un vieux pote, soit il n’y a pas que cet espace-là qu’il veut pénétrer…
Donc à moins de connaitre très bien le photographe, les familiarités de fin de shooting, avec le « je t’invite au resto ou boire un verre » on oublie et le « c’est la première fois qu’un modèle me fait cet effet » hein…

10 – TOUJOURS TE RÉTRACTER COMME UNE HUITRE TU POURRAS !


Malgré toutes les précautions, en plein shoot vous ne sentez pas le photographe, vous pouvez partir en plein shooting, rien ne vous retient !
Même avec un contrat de collaboration signé, vous pourrez vous rétracter sur l’autorisation d’utiliser les photos, les modalités sont écrites dans le contrat s’il a été rédigé correctement.

11 – TU NE LE LAISSERAS PAS TE TRAITER COMME DE LA MERDE !


Bon, vous l’avez normalement compris avec le commandement n°2. Mais, au cas où tu ne l’aurais pas compris, quitte à devoir me répéter, et encore une fois c’est valable bien au-delà du monde de la photographie, le mec qui ne vous respecte pas, vous prenez votre sac, vous lui balancez en travers de la gueule… et vous vous cassez !


12 – TU NE CROIRAS EN RIEN !


Certains faux-tographes, pour arriver à leur fin, c’est-à-dire au bord du plumard, vous feront croire qu’ils peuvent vous faire poser pour des grands magazines, qu’ils ont des connaissances de dingues… bref… tout cela sera bien évidemment un tissu de mensonges pour la grande majorité.
Ce n’est d’ailleurs jamais le photographe qui choisit son modèle quand il s’agit de faire commerce d’une image.


13 – SAUF CAS EXCEPTIONNEL, IL NE SERA POINT QUESTION D’ARGENT !


Un photographe, oups je reprends… Un bon photographe, ne rémunère jamais ses modèles.
Le photographe, s’il est déclaré, est un artiste que l’on rémunère pour son savoir-faire et son talent.
Au pire s’il n’a aucune de ces deux qualités, il sera payé pour son temps passé à travailler, mais en aucun cas le photographe ne paye une modèle, d’autant plus qu’il n’existe plus de statut déclaré en tant que modèle.
Du reste pourquoi rémunérer un modèle quand dans ce monde ou certaines et certains tueraient père et mère pour pouvoir se voir offrir une séance ? Même pour du nu !
Le « deal » qui se fait quant un photographe pro consent à ne pas être payé pour son travail, est ce que nous appelons la fameuse « collaboration ».
Le modèle offre l’utilisation de son image, généralement pour la présentation du travail du photographe, en échange d’une séance gratuite avec remise des photographies au modèle.
Bref, l’art est question de sensibilité, ne pas toujours voir du pognon partout, permettra d’éviter de tomber sur un mec qui confondra « pose payante » avec « Escort girl moderne » …


14 – JAMAIS SEULE A L’ABATTOIR TU IRAS !


Déjà on rencontre toujours le photographe avant un shooting s’il n’est pas connu et recommandé !
Pour éviter tout problème vous n’irez jamais seule à un premier rendez-vous avec un photographe amateur sortie de nulle part ! Pour un pro, c’est différent, un vrai pro ne disparait pas du jour au lendemain, de plus vous avez des moyens de trouver des infos dessus.
Le rendez-vous avec un amateur se fera dans un lieu public, un bar par exemple, même si vous comptez aller seule à la séance, vous lui demanderez si une amie peut être présente, cela dans le but de voir sa réaction ! S’il vous répond qu’il n’est pas d’accord, fuyez tout de suite !
Dans le cas où vous convenez d’une date de shooting, vous préviendrez un ou une amie du lieu où vous vous trouvez.


15 – TU NE TE SERVIRAS DES MAGAZINES DE MODE TRADITIONNELS QU’EN CAS DE MANQUE DE PQ


Partout, on nous abreuve de belles femmes et de beaux mecs.
Mais qui n’a pas une plastique de rêve après 3 heures de retouche sur un logiciel professionnel ?
Je tiens le pari de prendre n’importe quelle fille et d’en faire une bombe atomique au corps de rêve !
Mais est-ce cela dont vous avez vraiment envie ?
Du reste, à y regarder à deux fois, être gaulée comme une Polonaise ou une Russe dans un magazine de beauté est-il une assurance pour être réellement belle ? Non ! Heu… Bref !
Tout d’abord parce qu’être belle est subjectif !
Une femme que je trouverais belle ne le sera pas forcément pour mon frère ou mon voisin, et inversement.
Ensuite, par ce que même une femme que je pourrais trouver très belle au premier abord, pourrait s’avérer moche à mes yeux suivant les postures qu’elle adapte et son caractère, voire franchement vulgaire suivant la façon dont elle pourrait me parler, et oui, il n’y a pas que l’image qui rentre en compte, mais aussi son attitude !
En revanche je suis sûr d’une chose, c’est qu’une femme épanouie et naturelle est toujours séduisante. Alors pourquoi ne pas rester tout simplement naturelle ?

La photographie doit rester, avant tout, un bon moment de plaisir artistique partagé !

Vous souhaitez devenir modèle pour RG Photographie ?

Rendez-vous ici : DEVENIR MODÈLE POUR RG PHOTOGRAPHIE

Article par : Régis Laporte – Tous droits réservés – https://www.regisphoto.com

Voir aussi : 12 CONSEILS POUR RÉUSSIR SA SÉANCE PHOTO